• author
    • Catherine Gingras

      Arts - Éducation - Réflexions
    • 2013-02-28 in Avant le départ

    Voyager avec des enfants

    Tout le monde sait que voyager avec des enfants apporte beaucoup plus de contraintes que de voyager en solitaire. D’abord, parce que le voyage familial est certainement plus dispendieux. Nous partons à quatre, plutôt qu’en couple, nous devons donc penser non seulement doubler notre budget, mais prévoir une somme supplémentaire pour payer plusieurs petits extras. Par exemple, faire le chemin du retour en taxi parce que les enfants sont fatigués, prendre un hôtel avec piscine parce qu’il fait très chaud et qu’il nous faut une oasis de repos, ne pas nous risquer à manger dans certains petits restaurants locaux pour être certains de la qualité des aliments…

    Ensuite, parce qu’en  voyageant avec des enfants nous ne pouvons penser faire les mêmes endroits avec les mêmes libertés que si nous voyagions seuls. Certains endroits plus reculés que nous voulions faire ou certains musées que nous voulions absolument visiter sont maintenant devenus des « contournables » si nous voulons préserver l’harmonie familiale.

     Alors, pourquoi voyager avec des enfants?

    En voyage, la santé est un trésor qu’il faut chérir, que nous voyagions avec des enfants ou non.  Nous devenons encore plus indispensables lorsque nous sommes appelés papa ou maman. Nous ne pouvons être malades ou du moins pas les 2 en même temps! Et à bien y penser, tous ces petits extras d’attention ne font pas que le voyage est plus difficile, mais beaucoup plus agréable. Ce n’est qu’une autre façon de voyager et  j’avoue apprécier ces petits luxes que nous nous offrons, avec les enfants comme prétexte bien sûr!

    Ensuite, à travers les yeux de nos enfants nous voyons le monde autrement. Ils n’ont pas besoin d’aller dans les musées pour apprendre; les nouveaux sons, odeurs et façons de vivre sont leur façon d’apprendre et nous permettent à nous aussi de rapporter un petit peu de ces nouvelles expériences à la maison et d’enrichir notre quotidien. Dans les dunes du  Maroc, par exemple, nous avons passé une journée à faire la cueillette de centaines de scarabées que nous avons relâchés au soleil couchant. Une journée de perdue? Non, une journée mémorable de temps passé ensemble qu’on aime se rappeler encore et encore. Et j’avoue, quand j’y pense, être capable de me rappeler le son que faisaient ces centaines de bestioles à coquilles entassées dans nos petits pots de plastique transparents.

    IMG_3173 IMG_3219

    Aussi voyager avec des enfants nous force à entrer dans le quotidien de la culture locale. Autrefois, nous aurions rapidement pris un bout de pain et un petit jus avant de prendre l’autobus pour une contrée plus éloignée. Maintenant, nous sommes « forcés » de faire comme les locaux, de prendre une certaine routine, en achetant nos produits frais au marché du matin et en allant à la pharmacie ou à la pâtisserie du coin. Je me rappelle ici la petite routine du matin à Essaouira; un sourire au pâtissier chez Idriss qui préparait notre petit paquet dès mon arrivée, les œufs et le lait frais achetés chez la marchande du coin. Les locaux nous voient, nous observent et se rapprochent naturellement de nous, car ils veulent nous connaitre en tant que personne et non comme de simples touristes. Partout, les gens aiment les enfants et la cellule familiale devient sécurisante et une ouverture à l’autre. C’est ce qui nous permet d’entrer naturellement dans leur propre cellule familiale ou communautaire et de vivre ainsi les coutumes locales, d’oublier que nous sommes nous-mêmes de simples touristes.

    Malgré ce qu’on en pense, les enfants aiment être décrochés de leur routine quotidienne et être dans ces situations aide tout le monde à se reconnecter avec l’essentiel. Chaque jour nous nous rappelons une histoire loufoque, une aventure bizarre qui nous fait rire ou pleurer. Ces petits moments spontanés, nous ne semblons pas les avoir à la maison. Pourquoi? Est-ce la fatigue d’une longue journée? Est-ce le fait que nous vivons les mêmes expériences? Tout ce que je sais, c’est que j’endurerais toutes ces longues journées fatigantes et cette proximité parfois irritante rien que pour effleurer ce doux sentiment de pur bonheur et de communion qu’amènent ces rétrospectives hilarantes avec mes enfants et mon homme.

    Pour terminer, les enfants apprennent autrement. Leurs visons et leurs questions sur les choses toutes simples nous amènent nous aussi à se questionner.  Pourquoi les moines ont des robes oranges? Mais parfois les questions nous amènent plus loin et nous questionnent en tant qu’humanité. Pourquoi les enfants n’ont pas tous quelque chose à manger ou des parents qui en prennent soin? Demandé par les enfants, la question a plutôt cette forme : Pourquoi le petit garçon est tout sale et veut voler ma pomme? Mais n’en demeure pas moins troublante…

    Il est certain que pour mes enfants, qui sont d’âge scolaire, partir 3 mois, en délaissant la classe, est assez impliquant et questionnant. Mais les 3 axes de la mission de l’école québécoise ne sont-ils pas Instruire, Socialiser et Qualifier?  Quoi de mieux que les voyages pour former son esprit critique, développer des habitudes du « vivre ensemble » et d’être dans un environnement permettant de découvrir ses champs d’intérêts. Ce que nous vivons ne se fait pas seulement au niveau de la tête, mais principalement au niveau de cœur. Et nous le savons, ce qui se vit au niveau du cœur est un apprentissage que nous faisons pour la vie.

    Alors la réponse à « Pourquoi partir avec des enfants? » se résume facilement par  une autre question aussi simple : « Pourquoi partir sans ses enfants? »… ça je le l’imagine même pas!