• Les transports en Thaïlande

    Nous en avions entendus parlé, nous l’avons vécu ! Jusqu’à maintenant, nous avons utilisé l’avion, le taxi « normal », la limo privée, le radio tuk tuk, le tuk tuk traditionnel, le speed boat, le longtail boat, le ferry, le bateau touristique (style traversier), l’autobus thaï (boîte de pick-up), le sky train et le scooter.

     Tout d’abord, les règles de conduites : à première vue tout semble être comme chez nous, à part la conduite à gauche. Il y a des feux de circulation, des panneaux indicateurs, des passages pour piétons. Où ça se complique un peu, c’est dans l’application… Les lignes blanches ne servent pas à grand chose, c’est plutôt la largeur des véhicules qui décide du nombre possible de véhicules dans une rue. Les feux de circulation ; la lumière rouge dure 5-10 secondes de plus, la lumière verte 5-10 secondes de plus, il n’y a plus de place pour la jaune. Les dépassements ; la ligne double au centre, n’existe pas, les dépassements se font n’importe quand, n’importe comment, donc cela veut dire que nous sommes en face à face continuellement… Les scooters sont maîtres. Le casque semble obligatoire, mais plusieurs n’en portent pas et ne se font pas arrêter par la police, qui soit dit en passant, n’est pas présente ou presque sur les routes. On retrouve 2, 3, 4 personnes sur le même scooter, assis devant, derrière, debout, sur le côté… Nous avons même vue des bébés de 2-3 mois dans les bras de leurs parents, filant à toute allure dans le trafic. Les scooters se faufilent partout, ils se promènent de gauche à droite, coupent tout le monde, c’est l’anarchie totale. Bref, si j’étais seul, je ferais l’expérience du scooter ou d’une voiture très usagée, dans le centre-ville de Bangkok, mais avec les enfants, c’est beaucoup trop risqué.

     Par contre, nous avons tenté l’expérience, sur l’île (Koh) Lanta, où le trafic est moindre qu’à Bangkok. Nous avons loué deux scooters pour la journée et nous avons fait le tour de l’île. Ça été une expérience formidable ! Catherine a eu besoin d’un peu d’adaptation au départ, mais nous avons fait cela en champion tout le reste de la journée. Cela nous a permis encore plus de liberté et nous avons été jusqu’au bout de l’île, au parc National de Koh Lanta. Les gars ont adoré et nous demandaient de faire des courses.

    P1010701 P1010697

    Toujours sur roues, nous avons essayé quelques sortes de tuk tuk. Ils sont légendaires, tout comme la négociation avec leurs conducteurs… Ils nous voient arriver de loin avec nos binettes de nord-américains et demandent des coûts exorbitants. Avec eux, il faut s’assurer que ça soit noir ou blanc, pas de gris. Le coût il faut le négocier avant et le répéter quelques fois, afin de s’assurer de ne pas se faire avoir. Comme Catherine et moi aimons les affaires claires, disons qu’on se fait comprendre très rapidement… Mais ça vaut vraiment la peine d’essayer, ne serait-ce que pour se faufiler et avoir les cheveux dans le vent. Les gars ont particulièrement aimé notre tuk tuk radio (voir la vidéo), que nous avons pris à Phuket.

    Les taxis, c’est un peu la même négociation que les tuk tuk. Ils doivent utiliser leur compteur, mais l’oublient souvent… Il faut donc encore une fois s’assurer du coût de la course avant d’arriver à destination.

    P1020467

     Le RTC peut dormir tranquille, le système d’autobus de la ville est loin des standards de nos autobus. Il en coûte 7 THB (environ 0,25$) par personne et vous avez la chance d’embarquer dans une boîte de pick-up. Là aussi, ça vaut la peine d’essayer.

    Comme seul les gens du Québec sont capables de le faire […], les piétons n’ont pas la priorité. Ils doivent trouver leurs places à travers ce cafouillis et regarder de tous les côtés et deux fois plutôt qu’une.

     Côté avion, nous voyageons la plupart du temps avec Air Asia, une compagnie à bas prix, qui dessert le sud-est asiatique. Les réservations et les check-in, sont faciles, le service est courtois et les prix sont imbattables.

    P1020461

    Pour les bateaux, nous en avons essayé plusieurs. Le speed boat que nous avons eu était parfait, il nous a permis de faire le tour des îles de Koh Phi Phi, d’une façon rapide et sécuritaire, en ayant la possibilité d’arrêter là ou nous voulions et faire du snorkeling. Les longtails sont plus lents et beaucoup plus bruyants, par contre ils apportent le côté exotique et les vagues dans le bateau… Les bateaux touristique et les ferrys ressemblent à nos traversiers au Québec, avec un  peu plus de houle… Il y a un peu d’air climatisé et ils sont bondés. Les règles de sécurité, les règles de quoi ? Sur les bateaux touristiques, d’un point d’attraction à l’autre, nous avons environ 45 secondes pour débarquer ou embarquer et il faut faire le saut dans le bateau ou sur le quai, pour y arriver. Disons que c’est mieux de savoir nager…

    P1020719 P1020009 P1020019 P1010125

    Et finalement, le sky train ; un moyen extraordinaire de se déplacer dans Bangkok. Il n’est pas cher, rapide, climatisé et à l’heure. Il relie les grands axes de la ville, ce qui est parfait pour les touristes. Le système de zone est simple et c’est facile de s’y retrouver.

    P1020473

     En résumé, c’est l’ordre dans le chaos ! Le klaxon sert uniquement à prévenir d’un dépassement, je n’ai pas vue de cas de rage au volant, ni même d’engueulade entre conducteurs. C’est comme si tout était fluide, laissant place à l’expansion et à la compression au gré des gens.