• L’école en voyage

    Nous avons eu souvent cette question : « Qu’adviendra-t-il de l’éducation de vos enfants, pendant vos 101 jours ? » Premièrement, nous avons la « chance » d’avoir deux garçons qui se débrouillent bien à l’école. Deuxièmement, nous avons rencontré les deux enseignantes de nos garçons (merci à Mme Suzanne et à Mme Marielle), afin de voir le programme d’ici la fin de l’année, puisque les boys seront de retour pour la dernière semaine d’école. Cette étape était importante pour nous, afin que les boys bouclent leur année scolaire et qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas en vacances pour toujours. Ils termineront et auront leurs vacances d’été… et sauront qu’ils doivent débuter une nouvelle année en septembre. Avec leurs enseignantes, nous avons regardé les forces et les faiblesses et ce à quoi nous devions porter attention pendant le voyage, pour Thomas et Mathieu. Catherine a préparé quelques lectures dirigées et nous avons plusieurs livres. D’ailleurs, nous transportons pratiquement une bibliothèque, ce qui apporte une charge supplémentaire au sac à dos de papa… qui se libère un peu à chaque ville !

    Bien entendu, cela se fait dans un contexte et un décor, parfois bucoliques, mais il n’en demeure pas moins que c’est très important pour nous de persévérer dans la rigueur. Alors, nous tentons d’avoir des périodes de lecture et d’écriture le plus souvent possible. Les transports sont souvent les moments privilégiés pour les lectures. Thomas lit un livre à Mathieu et vice versa. Les gars lisent un livre et nous posons une série de questions. Les gars lisent le même livre et se posent des questions, etc.

    P1000653 P1000652

    Un des objectifs de notre blogue était justement pour l’éducation des garçons, soit la composition de texte, dans un premier temps. Les gars sont au courant qu’ils doivent écrire des publications, ils sont donc plus à l’affût de sujets potentiels, lors de nos sorties. Ils savent également que c’est plus agréable pour les lecteurs, lorsqu’une photo ou un vidéo accompagnent leur texte. Ils prennent donc régulièrement le contrôle de l’appareil photo, afin de tenter de faire comme Pat le mille pattes et Jean Beauchemin, ainsi que Spielberg et Tarantino…

    P1000463 P1020867

    Miss Dominique and Mr Glen will be pretty proud of their boys, because they speak english everyday ! Comme la plupart de nos communications sont en anglais, les gars veulent savoir ce qui se passe et ils demandent ce que nous disons. Nous ne ratons donc pas l’occasion, de leur enseigner pas mal de vocabulaire et expressions en anglais. Ils prennent de l’assurance, ils vont de l’avant et n’ont pas peur de parler en anglais. Ils ont même appris quelques mots de thaï, ce qui charme pas mal de monde…

    Pour les mathématiques, comme nous convertissons systématiquement tout ce que nous devons payer du bath Thaïlandais au dollar canadien, Thomas et Mathieu le font eux aussi. C’est donc un bon exercice journalier, qui continuera à chaque fois que nous changerons de pays. L’autre aspect est le temps pour aller vers un autre lieu. C’est quelque chose que nous faisons régulièrement, lorsque nous allons en Floride en voiture. Les boys calculent les distances et le temps restant. Puis, il y a les livres de mathématique que nous avons apportés. C’est un des objectifs des gars, avoir terminé chacun leur manuel, d’ici le retour.

    P1010960 P1010970 P1010962

    Mais surtout, il y a l’école de la vie, c’est celle-là qui nous faisait vibrer, lorsque nous pensions à notre voyage. C’est le contact avec des gens qui parlent une autre langue que la nôtre, qui vivent différemment de nous. C’est le contact avec des travestis et des hommes habillés en jupes (sarong), avec des gens qui n’ont pas la même couleur de peau et avec un drôle de point dans le front. C’est le contact avec la pauvreté, avec la pollution, avec la chaleur et l’humidité intenses, avec les chats et les chiens qui se promènent dans les magasins. C’est la possibilité de goûter à de la nourriture nouvelle, des fruits et légumes qui sont inconnus, même de papa et maman. C’est le contact avec l’histoire, celle qui a plus de 400 ans, avec l’hindouisme, le bouddhisme et l’islam. C’est la compréhension que des règles importantes chez nous, ne sont pas dans les priorités des habitants d’ici et que l’eau n’est pas à l’infini. Et finalement, il y a ce qui nous espérons le plus, cette ouverture sur le monde, celle qui nous donne le goût d’en apprendre plus sans frontière…