• author
    • Catherine Gingras

      Arts - Éducation - Réflexions
    • 05/06/2013 in Japon

    High Five pour le Hep Five

    Il est 10 heures quand je prends mes messages Facebook. Je regarde si nous avons des nouvelles de Serge, mon voisin d’enfance qui vit maintenant à Kobe au Japon. Il nous invite à le rencontrer à la grande roue Hep Five à 12h30. Pas de problème, nous prenons notre temps, nous voyons la roue de notre chambre. On descend au « frontdesk » afin de réserver une nuit supplémentaire. Ça y est tout est en ordre, on pourra aller déjeuner tranquille. On s’informe afin de savoir s’il y a quelques restaurants près de la roue HepFive. Quoi ! Ce n’est pas la bonne roue ? Hein ? Hep Five est au centre d’Osaka, à Umeda ! Il faut faire une heure de train pour s’y rendre !

    P1110265 P1110238

    André et moi, nous nous regardons dans les yeux, les sourcils bien hauts,  sans trop savoir quoi faire pendant quelques secondes. D’abord, il faut annuler la chambre, car une heure de route, ça fait deux heures à l’aller-retour. Le gars ne nous regarde pas d’un air bizarre, les Japonais sont très disciplinés, mais nous savons bien que c’est nous qui avons l’air bizarre. On vient de confirmer une autre nuit il y a quelques minutes et voilà qu’on veut tout annuler. On remonte à la chambre, il faut aviser les gars qui sont à l’ordi (crise à prévoir) que nous sommes en situation d’urgence.  Il faut paqueter les petits pour il y a 20 minutes (car le check out était à 10heures), trouver un hôtel et se rendre là-bas.

    P1110245

    Je ne sais pas comment on a fait, mais on a réussi tout ça sans trop de problèmes (mais beaucoup de sueur) et cela sans yen comptant (impossible de retirer au guichet avec nos cartes !). Nous finissons par déjeuner vers 14h00, installés dans notre nouvelle chambre, à Umeda. La roue, la vraie Hep Five est maintenant à quelques minutes de marche. Nous serons au rendez-vous. Ouf ! On est des pros de la débrouillardise ! On peut se donner un High Five pour celle-là !