• author
    • Catherine Gingras

      Arts - Éducation - Réflexions
    • 2013-03-13 in Thaïlande

    De Koh Phi Phi Don

    Bon matin à vous,

    (ou plutôt bonsoir à vous de l’autre côté de la planète, je crois même que nous n’avons plus 12 heures de décalage, mais bien 11 depuis votre changement  d’heure…).

    Je suis sur la terrasse de notre petit bungalow, avec vue sur la baie de TonLai, à Ko Phi Phi. Don. Les enfants dorment encore. Nous avons tous bien dormi.  Pour la première fois, depuis notre départ, André et moi avons dormi dans le même lit ! Ici, difficile d’organiser une petite famille, il n’y a qu’un lit king ou deux lits simples  par chambre et surtout jamais les deux à la fois. Hier, nous avons été capables de « dealer » deux petits matelas plutôt qu’un seul extra possible habituellement, car le lit apporté avait été ravagé par les termites… D’ailleurs, souvent lorsqu’on se retrouve à flirter dans les petits kiosques marchands du village, nous avons cette odeur flagrante de boules à mites… Ça me rappelle, d’ailleurs, un des coffres de ma grand-mère au grenier. Je crois que nos bagages resteront quelques jours dehors à notre retour ! Surtout que les enfants ont eu une crise de petites piqûres hier. Était-ce des puces ou des tiques ? Nul ne le sait, mais nous avons frotté au savon mis de la crème cortisone et donné l’homéopathie (pour ceux qui y croient, mais nous, ça nous a toujours bien servi !) et tout semble être rentré dans l’ordre. Ne vous en faites surtout pas en lisant mes mots. Nous sommes loin d’être dans la misère ! André est parti chercher un bateau pour faire le tour des îles Monkey, Koh PhiPhi Ley,… Nos sommes toujours dans des hôtels assez luxueux et nous mangeons très bien. Hier, je me suis même payé de grosses langoustes, du calmar et un autre poisson frais sur le grill. Le tout a été dégusté directement sur la plage.

    P1000859

    Aucun problème de santé. Tout va vraiment bien. Nous avons même commencé la Malarone. Nous partons dans deux jours sur Koh Lanta, une île un peu moins touristique.  Nous ne prenons pas de chance avec la malaria, car d’aucuns s’entendent sur le pourcentage de risque de se faire piquer par un moustique infecté.  Je vous laisse nous devons aller déjeuner pour ensuite partir en bateau toute la journée. Une magnifique journée qui s’annonce.

    P1000814

    *Sur la photo, les boys se relaxent en sarong sur la terrasse…