• author
    • André Trudel

      Technologies - Sports - Spiritualité!
    • 2013-04-09 in Cambodge

    Cambodge – premières impressions

    Après 9 jours dans une méga ville comme Bangkok (15,4 M d’habitants), on ne peut que sentir un calme serein, en mettant les pieds au Cambodge, à Phnom Penh (1,5 M d’habitants). Nous avons adoré Bangkok, mais la vibration est très différente dès l’arrivée à l’aéroport. À l’atterrissage, nous avons pu constater la différence dans le paysage, pratiquement pas d’immeuble, que des grands étendus de terre et d’arbres.

    Autre constat : le transport. Comme je l’ai écrit sur la Thaïlande, ici aussi c’est le bordel partout, les motos et scooters font ce qu’ils veulent, dans tous les sens. Par contre, ils utilisent beaucoup plus leurs klaxons, pour prévenir… mais pas de rage au volant, ce n’est pas dans leur culture, tout ce passe dans le calme.

    Les gens sont chaleureux et nous sourient, lorsque nous leur montrons nos belles dents blanches. Autre différence marquante, la sollicitation. Alors qu’en Thaïlande, un seul non suffisait pour avoir la paix, ici, elle est omniprésente dans les lieux touristiques et  systématiques dans tous les marchés. Il a fallu apprendre le non-merci en Khmer, pour que ça fasse effet.

    Il y a définitivement plus de pauvreté ici, que dans les lieux visités en Thaïlande. Les quartiers pauvres côtoient les maisons clôturées des expatriés. Phnom Penh a déjà été belle et élégante, sous le règne français, mais suite au passage des Khmers rouges, tout a été saccagé (nous y reviendrons dans une autre publication) et depuis elle se reconstruit petit à petit.

    Un fait marquant est le nombre de jeunes qu’on y retrouve. La démographie est à l’inverse du Québec et elle s’explique par la triste histoire des Khmers rouges.

    On vous revient avec plus de détails.

    P.-S. Les Cambodgiennes sont beaucoup plus jolies que les Thaïlandaises…